Santiago Segura

(c) Jean-Gabriel Aubert, 2003

Acteur, scénariste, réalisateur, producteur, cette personnalité hors normes du cinéma espagnol auteur d’une œuvre agitée et provocatrice, découvre sa vocation dès l’adolescence en s’essayant au court-métrage avec sa caméra Super-8. En 1989, Relatos de la medianoche parvient jusqu’au festival Cinema Jove à Valence et remporte le prix grâce au soutien du réalisateur Fernando Trueba, qui décèle alors son potentiel audacieux. Les courts-métrages Evilio (1992), Perturbado (1993, récompensé d’un Goya) et Evilio vuelve: el purificador (1995), tous trois projetés au Festival de Nantes lors de la 13e édition, marquent le début de sa carrière de réalisateur. Il prend parallèlement son essor en tant qu’acteur auprès d’Álex de la Iglesia qui lui offre le rôle d’un jeune amateur d’heavy-metal combattant l’antéchrist dans El día de la bestia, et lui vaut le Goya du meilleur Acteur révélation en 1996. Leur compagnonnage artistique se prolonge avec Perdita Durango (1997) et jusqu’à Balada triste de trompeta (2010), où son personnage de clown sanguinaire à tutu rose décimant à la machette des troupes nationalistes demeure l’une des images les plus frappantes du film. Il tourne également sous la direction de cinéastes aussi différents que Fernando Trueba (Two muchLa niña de tus ojos) ou encore Juanma Bajo Ulloa (Airbag).

Tandis qu’il met sa présence burlesque et atypique au service des films d’autres cinéastes, il développe entre 1998 et 2014 une filmographie pour le moins outrancière, avec les cinq opus de la série Torrente. Outrepassant allègrement les frontières du ridicule et de la bienséance, ses farces grinçantes à l’humour abrasif rencontrent un large succès public et commercial en Espagne. Le premier volet, Torrente, el brazo tonto de la ley, ainsi que Torrente II: Misión en Marbella sont projetés au cours de la 13e édition du Festival en 2003, en même temps que ses premiers courts-métrages. Santiago Segura participe également cette année-là à une table ronde en compagnie d’Antonio Resines, Luis Alegre, Antoine Duhamel et Fernando Trueba ; ce dernier livre devant l’auditoire nantais hilare un récit amusé et admiratif de sa rencontre avec Relatos de la medianoche dans lequel Segura doublait lui-même non seulement les voix mais aussi les sons du film. En 2018, les festivaliers (re)découvrent Torrente, el brazo tonto de la ley dans le programme « Rires et délires », un cycle qui a permis d’apprécier l’humour espagnol sur toute sa gamme et dont ce chantre de l’absurde, fossoyeur du bon goût, aura assurément offert les notes les plus dissonantes.

Films projetés au Festival :

 

Las brujas de Zugarramurdi d’Álex de la Iglesia (2013) / 2014

La chispa de la vida d’Álex de la Iglesia (2011) / 2012

Torrente 4 : lethal crisis (2011) / 2012

Balada triste de trompeta d’Álex de la Iglesia (2010) / 2011-2012   > Prix du jury Jeune 2011

Torrente 2 : misión Marbella (2001) / 2003*

Torrente, el brazo tonto de la ley (1998) / 1999-2003*-2018

La niña de tus ojos de Fernando Trueba (1998) / 2001-2002

Perdita Durango d’Álex de la Iglesia (1997) / 2000-2003-2012

Airbag de Juanma Bajo Ulloa (1997) / 2000-2018

La buena vida de David Trueba (1996) / 1998-2012

Two much de Fernando Trueba (1995) / 1997

Acción mutante d’Álex de la Iglesia (1995) / 1997-2003-2012

El día de la Bestia d’Álex de la Iglesia (1995) / 1997-1999-2001-2003-2011

Evilio vuelve : el Purificador (1994 – court métrage) / 2003

Perturbado (1993 – court métrage) / 2003*

Evilio (1992 – court métrage) / 2003

 

Titre (année de sortie) / Année de projection au Festival   * film présenté par l’invité

Personnalités en relation :

Féodor Aktine (acteur) | Luis Alegre (acteur) | Carolina Bang (actrice) | Carlos Bardem (acteur) | Javier Bardem (acteur) | Ramón Barea (acteur) | María Barranco (actrice) | Javier Cámara (acteur) | Pablo Carbonell (acteur) | Eduardo Casanova (acteur) | Diego Gabino (acteur) | Ariadna Gil (actrice) | Macarena Gómez (actrice) | El Gran Wyoming (acteur) | Javier Gutiérrez (acteur) | Álex de la Iglesia (réalisateur) | Lucía Jiménez (actrice) | Daniel Monzón (acteur) | Rossy de Palma (actrice) | Antonio Resines (acteur) | Rosa María Sardà (actrice) | Fernando Trueba (réalisateur) | Nacho Vigalondo (acteur)

Dans les archives du Festival :

Temps forts en images :

Torrente, el brazo tonto de la ley : Javier Cámara, Carlos Bardem, Daniel Monzón, El Gran Wyoming, Javier Bardem, Fernando Trueba (acteurs)

Torrente 2 : Misión en Marbella : Diego Gabino, Rosa María Sardà, Antonio Resines, Pablo Carbonell, El Gran Wyoming, Javier Cámara, Ariadna Gil (acteurs), Juanma Bajo Ulloa (second unit director)

Torrente 4 : lethal crisis : Javier Gutiérrez, El Gran Wyoming (acteurs)

Perturbado (court-métrage) : Luis Alegre (acteur)

Acción mutante : Alex de la Iglesia (réal), Esther García (coordinating producer + actrice), Antonio Resines, Rossy de Palma, Féodor Aktine, Ramón Barea (acteurs)

El día de la Bestia : Alex de la Iglesia (réal), El Gran Wyoming (acteur), Teresa Font (montage)

Two much : Fernando Trueba (réal), David Trueba (co-scénariste), Gabino Diego (acteur)

La buena vida : David Trueba (réal), Lucía Jiménez, Ramón Barea, Antoine Duhamel, Jonás Trueba (acteurs), Fernando Trueba (producteur), Antoine Duhamel (musique)

Airbag : Juanma Bajo Ulloa (réal), Rosa María Sardà, Ramón Barea, Rossy de Palma, Julio Medem, Luis Alegre, Javier Bardem, David Trueba (acteurs)

Perdita Durango : Alex de la Iglesia (réal), David Trueba (co-scénariste), Javier Bardem, Carlos Bardem (acteurs), Teresa Font (montage)

La niña de tus ojos : Fernando Trueba (réal), David Trueba (co-scénariste), Antonio Resines, Rosa María Sardà, María Barranco (acteurs), Antoine Duhamel (musique), Javier Aguirresarobe (chef-opérateur)

Balada triste de trompeta : Alex de la Iglesia (réal), Carolina Bang (actrice)

La chispa de la vida : Alex de la Iglesia (réal), Carolina Bang, Eduardo Casanova, Nacho Vigalondo (acteurs)

Las brujas de Zugarramurdi : Alex de la Iglesia (réal), Carolina Bang, Macarena Gómez, María Barranco (actrices)