Dans Edition 1991, Edition 2010

La chasse


La caza
(1966)

de Carlos Saura
1h31


Synopsis 

Trois amis, José, Paco et Luis, se retrouvent dans la propriété de José pour chasser le lapin dans un village de Castille, où ils ont combattu ensemble pendant la Guerre Civile espagnole. Enrique, jeune homme d’une vingtaine d’années, les accompagne pour sa première partie de chasse. Juan, un vieux fermier estropié, et sa fille Carmen gardent le domaine et sont au service de Don José. Chacun vit une période difficile de sa vie et dévoile l’étendue de ses frustrations. La journée va se dérouler sous une chaleur torride où les passions et les rancœurs vont se dévoiler et aboutir à une explosion de violence.
Voir la bande-annonce

Ours d’argent au Festival de Berlin en 1966

« Le thème de « La Caza » (La chasse) est un problème international quant à l’agressivité qu’il y a dans le monde, l’inutilité de la guerre, l’inutilité de la mort, l’inutilité de la chasse, car aujourd’hui on chasse par plaisir et non plus par besoin. »
Carlos Saura

 

Fiche technique
Pays : Espagne
Année : 1966
Genre : Drame
Durée : 1h31
Réalisation : Carlos Saura
Scénario : Angelino Fons et Carlos Saura
Interprétation : Alfredo Mayo, Ismael Merlo, Emilio Gutiérrez Caba…
Production : Elías Querejeta Producciones

 


Carlos Saura

Carlos-SauraHuesca, 1932.
En 1952, Carlos Saura intègre l’Institut de Recherche et d’Expérimentation Cinématographique de Madrid. Il fréquente les arrière-salles du Café Commercial et du Café Gijón à Madrid aux côtés de Mario Camus, Sánchez Ferlosio, Carmen Martín Gaite et Ignacio Aldecoa. Il débute en tant que réalisateur dans les années 1950. Il soulève l’intérêt de la critique – ainsi que celui de la censure – dès son premier film, Los Golfos (1959). Carlos Saura est depuis un réalisateur reconnu internationalement (Ours d’Argent au Festival de Berlin pour La caza (1965), et pour Peppermint Frappé (1967) ; Prix spécial du jury à Cannes pour La Prima Angélica (1973) et pour Cría cuervos (1975) ; Nomination aux Oscars et Prix spécial du Jury de San Sebastián pour Mamá cumple 100 años (1979). En 1992, il se voit remettre la Médaille d’Or de l’Académie des Sciences et des Arts Cinématographiques d’Espagne. Le 20e Festival du Cinéma Espagnol de Nantes et la Ville de Nantes lui ont rendu hommage en 2010 en projetant Io, Don Giovanni (2009), dans le cadre privilégié de l’Opéra Graslin.

Derniers articles
Antonieta (1982)Las cartas de Alou (1990)