Dans Edition 2003, Invité.e.s 2003
800 balas, Álex de la Iglesia, 2002

Invité de ces 13e Rencontres du Cinéma Espagnol de Nantes, le réalisateur espagnol était à Nantes du 27 au 28 mars.

ÁLEX DE LA IGLESIA

Álex de la Iglesia (Bilbao. 1965) est certainement le réalisateur basque qui a su le mieux associer une imaginai ion visuelle débor­dante à un humour grinçant et extrê­mement personnel. De telles qualités transparaissent déjà dans son premier court-métrage, Mirindas Asesinas (1990), dans lequel un étrange personnage se met à tirer sur les clients après avoir refusé de régler la boisson qu’il avait commandée. Dès son premier long-métrage. Action mutante, il reçoit le soutien de Pedro Almodóvar, producteur du film. Son univers s’inspire des bandes-dessinées, des westerns spaghetti, de la science-fiction, de la culture pop…

Un 1995, Le jour de la bête, film culte, lui a valu aussi bien la reconnaissance du public que le soutien de la critique et l’obtention des Prix Goya. Perdita Durango, sera tourné au Mexique et aux États-Unis, d’après l’ouvrage de Barry Grifford, avec dans les principaux rôles Javier Bardem et Rosie Pérez. En 1999, il réalise Morts de rire dans lequel il tourne en dérision le monde de la télévision espagnole. L’humour noir sera également présent dans son long-métrage Mes chers voisins (La comunidad, 2000). projeté à Nantes lors du dernier festival. Cette année, le public nantais découvrira son dernier film 800 balles, que lui-même présentera au Katorza. Un projet totalement personnel qui tente de rendre hommage à un groupe de perdants, d’acteurs de seconds rôles de westerns spaghetti représentés une fois de plus à travers le regard de ce réalisateur atypique dans le panorama du cinéma espagnol.

 

Joxean Fernández (Université de Nantes)

5 films projetés

Los lunes al sol (2002)