Tous les ans Nantes a rendez-vous avec le cinéma basque. Cette année encore, vous aurez l’occasion de voir, ou de découvrir pour ceux qui l’auraient manqué, le film qui a remporté le plus de succès auprès du public l’an dernier : Le Voyage de Carol de Imanol Uribe.
Parmi les plus importants productions de cette année, il faut citer La Pelote Basque : la peau contre la pierre, le documentaire de Julio Medem sur la question basque. Jusqu’à présent, aucun film basque n’avait été autant controversé, et encore moins avant sa sortie. Une partie de la droite espagnole a accusé Julio Medem de faire l’apologie du terrorisme. D’autres ont vu en ce film une production nécessaire dans laquelle le réalisateur basque ne fait que revendiquer son droit à la liberté d’expression dont bénéficie toute création.

 

De l’histoire au cinéma

En 2003, Pedro Olea se révèle être un réalisateur particulièrement inspiré avec Temps d’orage. Une histoire interprétée avec brio et où l’amour nuit gravement à la santé. Les acteurs, Jorge Sanz et Dario Grandinetti. Les actrices, María Barranco et Maribel Verdú.

Un débutant dans le domaine de la réalisation de longs-métrages, Pablo Berger, a surpris tout le monde avec Torremolinos 73, primé meilleur film de l’année au Festival de Malaga. Les acteurs Javier Cámara et Candela Peña y jouent une comédie douce. Un hommage au cinéma des années 70.
Les six meilleurs courts-métrages basques de l’année (Kimuak) font à nouveau partie de la programmation du Festival. Entre autres, nous retrouverons un visage connu du public nantais : Tinieblas González et son Ecosistema.

 Josean Fernández

 

Les films de la Fenêtre Basque

 

La sélection de courts-métrages Kimuak 2004

 

¡Ay Carmela!

¡Ay Carmela! (1990)de Carlos Saura1h45 Synopsis La guerre d’Espagne fait rage. Carmela et Paulino, acteurs de variétés, sont arrêtés par les troupes franquistes, alors qu’ils viennent de [...]