Le Festival du Cinéma Espagnol a reçu l’année dernière Montxo Amendáriz, Imanol Uribe, Helena Taberna, Tinieblas González. Cette année, Nantes accueille les dernières productions des principaux réalisateurs basques du moment : Montxo Armendáriz, Julio Médem, Alex de la Iglesia et Javier Rebollo.
Avec Silence brisé (2001), Armendáriz ressuscite une page de l’histoire espagnole contemporaine, restée dans l’oubli jusqu’à il y a peu : la résistance des maquis antifranquistes. Dans Lucie et le sexe (2001) Julio Medem préfère explorer des univers personnels, récurrents dans sa filmographie, traités ici avec une sensualité jusque là inédite dans son œuvre.
Mes chers voisins (2001), est un concentré de l’humour noir auquel nous a habitué Alex de la Iglesia. Avec le tout aussi acide, mais un peu plus sanglant, Marujas Asesinas (2001), Javier Rebollo ouvrira l’Absurde Séance du 16 mars au Katorza.
La section « La fenêtre basque », née d’une volonté de continuité, n’entend pas seulement programmer les oeuvres de réalisateurs déjà confirmés mais aussi offrir aux cinéphiles nantais la possibilité de découvrir les nouveaux talents d’un cinéma en pleine émergence. Le projet baptisé KIMUAK proposera donc une sélection des 12 meilleurs courts-métrages de 2000 et 2001.

 

 Josean Fernández

 

Les films de la Fenêtre Basque

 

La sélection de courts-métrages Kimuak 2002

 

¡Ay Carmela!

¡Ay Carmela! (1990)de Carlos Saura1h45 Synopsis La guerre d’Espagne fait rage. Carmela et Paulino, acteurs de variétés, sont arrêtés par les troupes franquistes, alors qu’ils viennent de [...]