Dans Edition 2001, Hommage 2001, Invité.e.s 2001
Les réalisateurs José Antonio Quirós et Montxo Armendáriz avec l'ancien directeur du Katorza Philippe Hervouët, 2001

Invité de ces 11e Rencontres du Cinéma Espagnol de Nantes, le réalisateur espagnol était à Nantes le 10 mars.

MONTXO ARMENDÁRIZ : LE SAVOIR FAIRE

Montxo Armendáriz est un cinéaste de Navarre (Olleta, 1949) à la filmographie aussi courte que brillante. Dès l’âge de 13 ans, il savait déjà qu’il voulait faire du cinéma ; cependant, faute de moyens, il a dû entreprendre des études d’électronique avant de devenir enseignant. C’est à cette dernière expérience qu’il doit sa connaissance de l’univers des jeunes.

Ses deux premiers courts-métrages (La danza de lo gracioso et Ikusmena) sont un vibrant plaidoyer pour la liberté créatrice. Pendant le tourna­ge de Charbonniers de Navarre, il fait la connaissance du véritable Tasio Otxoa, qui lui inspirera son premier long-métrage Tasio (1984). Débute alors une fructueuse colla­boration avec le producteur Elías Querejeta, qui se prolongera durant plus d’une décennie. Son film sui­vant, 21 heures (1986) doit beaucoup à sa connaissance de la jeunesse basque de l’époque, qui se débat au milieu du chômage, des problèmes politiques et de la drogue.

Puis, en 1990, il est un des premiers à aborder le problème de l’immigra­tion avec Lettres d’Alou, où ce qu’il met en évidence n’est pas tant la misère de ceux qui arrivent en Euro­pe à la recherche d’un travail que celle des Espagnols qui ne savent ou ne veulent les accueillir.

Avec Histoire du Kronen (1994), il adapte pour le cinéma un roman à succès de José Ángel Mafias. Enfin, Secrets du cœur (1997) marque l’apogée de sa carrière artistique et c’est avec ce film qu’il obtient la reconnaissance internationale grâce à une nomination aux Oscars.

Son regard serein, son refus de tout sentimentalisme facile et l’engage­ ment critique qui est le sien depuis toujours vis à vis de la société dans laquelle il vit, font de lui un cinéaste de tout premier ordre.

Les 6 films de l’hommage

  • Secretos del corazón (1997)
  • 27 horas (1986)
  • Tasio (1984 – Opera Prima)
  • Carboneros de Navarra (1981 – court métrage)
  • Ikusmena (1980 – court métrage)
  • La danza de lo gracioso (1979 – court métrage)
Río abajo (1984)