Dans Edition 2010, Hommage 2010

Pour son 20e anniversaire, le Festival rend hommage à l’actrice Marisa Paredes.

Todo sobre mi madre de Pedro Almodóvar

« Marisa Paredes : de films en aiguilles »

Coudre et en découdre. Voilà résumée l’adolescence de cette fille de concierge élevée près de la Place Santa Ana de Madrid. Tout juste la douzaine, María Luisa gagne ses premières pesetas, après la classe, dans une boutique de mode. Elle y apprend à coudre et grandit avec élégance au milieu de robes et de tailleurs qu’elle portera avec distinction quelques années plus tard.
Lorsqu’elle annonce à ses parents son intention de devenir actrice, sa mère la soutient, son père s’y oppose, ironisant sur la frivolité et la vulgarité du métier d’actrice. Tiraillée, elle décide pourtant d’entrer à l’âge de quinze ans à l’École d’Art Dramatique de la capitale. Viennent alors des années de bohème, de lecture de Camus et de tournées à travers une Espagne liberticide. Jouer rime alors pour elle avec évasion.
Des planches et des scènes qu’elle ne quitte plus depuis, elle passe aux plateaux télé et devient la première actrice du petit écran espagnol. Le succès frappe à sa porte. Le 7e art est encore sur le palier…

marisa_paredes © David Ruano

Marisa Paredes ©David Ruano

Talent aiguille

Si la Madrilène tutoie le cinéma dans les années 60-70 sous la direction de Fernando Fernán Gómez, Jesús Franco, Fernando Trueba ou encore Emilio Martínez Lázaro, c’est avec un premier film osé et violent qu’elle crève l’écran. Tras el cristal (1985) d’Agustí Villaronga lui offre un rôle qui la marque à jamais. Elle surfe alors sur un cinéma qui souffle un vent de liberté sur la société espagnole. C’est l’heure de la movida et de sa rencontre décisive avec Almodóvar. Aux côtés de Carmen Maura, Rossy de Palma et Victoria Abril, elle devient la « chica » almodovarienne que le monde entier découvre dans Talons aiguilles. Un rôle cousu pour elle par le réalisateur manchego séduit par cette actrice gracile et élégante. Elle est Becky del Páramo, cette femme aux accents d’excès et de mélodrames, vêtue d’un tailleur Coco Chanel. Quelques années plus tard, Almodóvar la rappelle pour La fleur de mon secret dans le rôle de Leo, femme fragile et silencieuse. Cette image de star, mélange de beauté distante et de générosité, explique probablement la collaboration avec Almodóvar à ce jour dans Tout sur ma mère où Paredes interprète une grande actrice de théâtre dans un effet miroir évident.

Troisième vie

Un talon toujours planté dans la terre ibérique (La reina anónima Gonzalo Suárez (1992) ; Tierno verano de lujurias y azoteas, Jaime Chavarrí (1993)) l’actrice répond aux sirènes du cinéma étranger. Les années 90 sont pour elle celles des collaborations avec Roberto Begnini (La vita è bella), Arturo Ripstein (Pas de lettre pour le colonel) ou Raúl Ruiz (Trois vies et une seule mort). L’hexagone accueille également la diva : Philippe Lioret qui offre pour son premier long-métrage un rôle aux côtés de Jean Rochefort dans Tombés du ciel en 1993. Ce sens du challenge se confirme lorsqu’elle partage avec Unax Ugalde l’affiche du terrifiant et glaçant Frío sol de invierno d’un déjà très prometteur Pablo Malo récompensé d’un Goya pour cet opera prima. De même pour un autre premier long, le radical Salvajes de Carlos Molinero dans lequel Marisa Paredes incarne en 2001 cette infirmière mêlée au meurtre d’un immigré à Valence. Tout aussi sauvage enfin, L’échine du diable du Mexicain Guillermo del Toro associe de nouveau l’actrice au cinéma de genre. Caméléon, Marisa Paredes endosse à cette époque et pendant trois années la présidence de l’Académie du Cinéma espagnol. Depuis lors, de nouvelles aventures l’amènent devant la caméra de Manoel de Oliveira (Miroir magique) et sur les tournages des projets français de Laure Carpentier (Gigola) et Thierry Klifa (Les yeux de sa mère)

Cette trajectoire atypique motive cette année du 20e anniversaire l’hommage rendu, en sa présence, à l’une des figures majeures du cinéma espagnol et à une actrice de renommée internationale. Une de ces égéries qui ont su traverser les frontières avec talent et distinction. De ces actrices qui se plaisent à en découdre avec des personnages complexes et à coudre leur filmographie avec des films de toutes les couleurs.

« Carte blanche à Marisa Paredes »

L’actrice a choisi de présenter au public nantais 4 films phare de sa carrière :

marisa_tacones

Talons aiguille / Tacones lejanos de Pedro Almodóvar (1991)

marisa_troisvies

Trois vies et une seule mort de Raoul Ruiz (1995)

marisa_traselcristal

Derrière la vitre / Tras el cristal d’Agustin Villaronga (1986)

marisa_salvajes

Sauvages / Salvajes de Carlos Molinero (2001)

Derniers articles