Dans Edition 2019, Invités 2019

AU sERViCE DE L ’iMAGE

 

Formé loin de sa Barcelone natale, à Cuba et en Australie, Jaime Rosales modèle son insularité cinématographique au fur et à mesure de ses réalisations. Habitué de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, où il décroche le Prix de la Critique pour Las horas del día (2003), ce cinéaste exigeant s’attaque aux thématiques les plus diverses : de l’intimité familiale (Sueño y silencio) au terrorisme de l’ETA (Tiro en la cabeza) en passant par l’impact de la crise sur un couple bourgeonnant (Hermosa juventud). Rosales franchit des frontières et chérit la forme. Sans concessions, son cinéma bouscule notre regard, comme dans La soledad et son audace visuelle, qui conquiert les plus prestigieux Goya en 2007. Nantes retrouve ce si singulier réalisateur et retient Petra dans sa sélection officielle.*

Derniers articles
Rodrigo Sorogoyen